Coopérer avec la nature
Coopérer avec la nature plutôt que la dominer
08/06/2016
Ecoles alternatives
Le nouveau rôle que l’on attend de l’école…
10/06/2016

Allons vers une médecine plus humaine

Allons vers une santé plus humaine

Alors que le monde change, la santé n’est pas épargnée. Faisant le constat des effets néfastes d’une idéologie libérale dans ce secteur, même si des avancées sont indéniables, de nouvelles pratiques sont possibles, sont là et sont nécessaires dans la perspective d’un nouveau monde en pleine co-construction.

Refuser une santé régit par des intérêts financiers

Dans nos sociétés libérales, la médecine comme la plupart des autres secteurs a également subi les impacts d’un monde tourné vers le profit et la rentabilité alors même que c’est un secteur qui ne devrait en rien être affecté par des intérêts financiers.

La santé des populations est un élément majeur, révélateur du bien être, du bien vivre de nos sociétés. Vouloir rationaliser semble effectivement louable cependant pas au détriment de la population. Faire mieux avec moins mais pas moins bien avec moins.

Notre économie industrielle traditionnelle cautionne un système qui a des effets nocifs sur la santé. En effet c’est le cas lorsqu’un État subventionne une agriculture intensive, grande utilisatrice de pesticides et productrice d’aliments pauvres en nutriments. Ou encore lorsque celui-ci subventionne une industrie du diesel émettrice de fines particules toxiques pour les populations. Il faut comprendre que nous sommes donc amenés à traiter des maladies que notre système contribue à créer.

Deux études publiées par l’OMS dont une première intitulée « Environnement et santé en Europe : où en sommes nous ? indique qu’1 européen sur 4 tombe encore malade ou décède prématurément à cause de la pollution de l’environnement. Une deuxième présentée en avril 2015 estime à 7 millions le nombre de morts prématurés liés à la pollution de l’air dans le monde, soit 13 % de l’ensemble des morts de la planète (1). Constat alarmant.

La santé est un secteur extrêmement important compte tenu des enjeux humains et économiques qu’il revêt cependant il est manipulé par des lobbies pharmaceutiques, « Big Pharma ».

En situation de quasi monopole, ils sont entretenus par de grandes institutions qui sont largement influencées et soudoyées.

Un rapport de l’association Corporate Europe Observatory pointe l’influence excessive de l’industrie pharmaceutique auprès de la Commission Européenne. Les laboratoires entretiennent des contacts très étroits avec des membres de la Commission et de l’Agence Européenne du médicament afin de lever des barrières réglementaires facilitant le lancement de certains médicaments.

En 2014 les dépenses en lobbying s’élevaient à 40 millions soit 700 % de plus qu’en 2012.

Aux États-Unis les dépenses approchaient 125 millions de dollars en 2014 dans le but d’influencer les élus du Congrès. Par ailleurs ils ont versé 16 millions de dollars aux partis politiques afin de financer leurs campagnes électorales (2).

Faute de tirer suffisamment de profit de médicaments qui seraient utiles aux pays pauvres, les laboratoires n’axent pas leurs recherches dans ces directions. Par ailleurs ils remplacent régulièrement d’anciens médicaments efficaces par de nouveaux, soi-disant plus performants dans le but d’augmenter leur prix sans justification médicale pertinente. Sont mis également sur le marché des médicaments aux effets secondaires parfois plus nocifs que la maladie soignée.

Une telle situation ne peut plus être encouragée, laissée sous silence, il est impératif de changer et de prendre conscience des alternatives possibles, nécessaires et indispensables.

Encourager une santé indicateur de bien-être

La santé est à la croisée des aspects sociaux et environnementaux. En effet, d’un point de vue social elle est la résultante de situations de pauvreté, de stress au travail, de satisfaction dans la vie, d’équilibre entre vie personnelle et professionnelle. Et d’un point de vue environnemental, la santé est directement impactée par les pollutions des sols, de l’air, de l’eau, de la nourriture.

En cela, elle doit être une priorité et devrait être un indicateur de bien-être au sens large de l’Organisation Mondiale de la Santé. C’est-à-dire considérer l’état complet du bien être physique, mental et social qui ne consiste pas seulement en l’absence de maladie ou d’infirmité (3).

Privilégier une médecine préventive

Cependant, il faut impérativement comprendre qu’en France notamment, notre gestion de la santé est curative et non préventive, c’est-à-dire qu’elle privilégie le soin à la santé, qu’elle traite le problème lorsqu’il est là et non avant qu’il soit là, qu’elle n’anticipe pas. Cela est coûteux et bien moins efficace pour l’ensemble de la société. La prévention est essentielle pour améliorer le bien être d’une population, c’est un gain économique majeur.

Favoriser les externalités positives

Il est donc indispensable, primordial, vital de ne plus cautionner les activités qui ont des effets dangereux sur la santé (les externalités négatives) à travers la subvention de lobbies, mais de valoriser toutes les activités qui ont un impact positif sur les populations (les externalités positives) tant au niveau social qu’environnemental. Il s’agit de taxer beaucoup plus fortement les externalités négatives et d’encourager, subventionner les externalités positives, les industries propres .

Adopter une approche globale

Notre système de santé bien inséré dans ce monde rationnel, dominé par la raison est effectivement extrêmement performant d’un point de vue technique, scientifique. Cependant il a laissé de côté les aspects plus humains dans son approche. La médecine d’aujourd’hui soigne le corps en se souciant moins de la personne humaine. Le patient, dans cette vision mécaniste, analytique, héritée de l’époque de la Modernité est davantage considéré comme une machine qui peut tomber en panne et que l’on répare plutôt que comme un organisme interdépendant ou tout est relié.

Pour preuve, le nombre de spécialités médicales existantes travaillant spécifiquement sur une partie du corps au détriment d’une approche globale moins parcellisée, fragmentée, reliant les différentes parties du corps. L’excès de spécialisation est une des limites de notre médecine occidentale comme l’évoque Edgar Morin. Le médecin généraliste devrait être le chef d’orchestre qui analyse les différentes conclusions des spécialistes et qui prend la décision, au lieu de cela ce sont les spécialistes qui prennent les décisions alors qu’ils ne voient le patient qu’en fragments. Les généralistes sont relayés à un niveau inférieur (4).

Impliquer le patient dans son traitement

Le patient est trop souvent passif ou considéré comme tel face à des problématiques de santé. Le médecin tout puissant décide seul alors qu’il est fondamental de collaborer, d’impliquer le malade dans sa guérison, de l’écouter, de décider avec lui, pour lui.

La valorisation de la personne malade comme sujet existant et souffrant contribue puissamment au processus de guérison.

D’autant plus qu’il ne faut pas négliger l’importance de notre capacité d’autoguérison (5).

Poursuivre l’ouverture aux médecines traditionnelles

Une partie de plus en plus importante de la population a recours à des médecines complémentaires en parallèle de la médecine traditionnelle. La médecine moderne occidentale a été pendant longtemps la seule reconnue comme valable, cependant face à certaines limites, nous redécouvrons le précieux apport des médecines traditionnelles, véritable ouverture au pluralisme culturel.

L’acupuncture, la médecine chinoise, ayurvédique, le yoga, la méditation, sont autant de pratiques qui considèrent le corps dans son ensemble. Il s’agit d’une approche plus holistique, plus globale.

Le yoga et la méditation se sont fortement répendus en occident souvent en dehors de leur cadre religieux et dans un but thérapeutique ou de bien être. Reliant le corps et l’esprit ils ont une forte dimension holistique. Ils responsabilisent les individus dans leur processus de guérison, ils permettent d’éliminer ou de diminuer le stress, les peurs, de mieux vivre dans l’instant présent et d’enrichir la vie intérieure.

Nous pouvons constater le développement important de la pratique de la méditation dans le milieu médical occidental notamment dans les centres psychiatriques avec des résultats remarquables (6).

Déployer les avancées médicales dans le numérique

Il s’agit de l’utilisation et du développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) au service de la santé. Un nombre de plus en plus importants d’entreprises, un millier en France représentant 65.000 salariés travaillent sur des logiciels qui peuvent accompagner les traitements médicaux.

La robotique est un outil qui peut également aider à pallier certaines défaillances ou difficultés dans l’accompagnement des personnes âgées de plus en plus dépendantes.

Les TIC sont un atout révolutionnaire permettant de suivre l’évolution des maladies, de dépister les signes de dégradations des personnes. La multitude des données électroniques générées aujourd’hui par les big data permettent de mieux analyser voire de prédire certains phénomènes humains à grande échelle.

Cette nouvelle approche croisant et analysant des millions de données porte de grandes promesses vers une médecine plus prédictive et personnalisée, comme prévoir un risque de maladie chez un individu en fonction de son ADN ou bien adapter un traitement en fonction du patrimoine génétique.

Redonner à la santé son statut de bien commun accessible à tous

En dépit d’une espérance de vie plus importante au niveau mondial (7); face à une tendance générale de libéralisation des systèmes de santé et à une existence de fortes disparités entre les pays, persistent des laisser pour comptes, des carences dans les couvertures sociales voire des absences totales de protection sociale pour une partie toujours trop importante de la population.

Pour remédier à ces injustices, à ce malaise, un certain nombre de citoyens mettent en place des initiatives novatrices, efficaces, porteuses d’espoir qui pourraient être source d’inspiration face à nos modèles souvent coûteux et pas toujours efficients.

Les habitants de l’état de New York, face aux populations sans revenus peu couvertes par l’assurance maladie, voire pas couvertes du tout, ont mis en place un centre de soins gratuits qui fournit des consultations par des médecins bénévoles, des traitements et des conseils pour se procurer des médicaments peu chers et des aides sociales. C’est une structure qui fonctionne à l’aide de dons citoyens. Aujourd’hui plus de 1200 cliniques de soins gratuits fonctionnent aux États-Unis grâce aux dons de temps et d’argent des citoyens.

Ces cliniques citoyennes ont inspiré l’Europe et plus particulièrement la Belgique, qui a mis en place des maisons médicales autogérées gratuites basées sur l’égalité entre le patient et le médecin, impliquant des décisions communes sur les traitements avec un travail d’équipes pluridisciplinaires travaillant conjointement. Aujourd’hui la Belgique comprend presque une centaine de ces maisons médicales, qui chaque année, voit l’ouverture de nouveaux établissements.

Dans les pays du Sud, qui connaissent des carences importantes en matière de couverture sociale comme l’Inde par exemple où la protection sociale est même inexistante, des micro-mutuelles se sont organisées sous l’impulsion des habitants des bidonvilles afin de pouvoir se protéger des risques de maladies.

«Souvent plus efficaces, ces initiatives qui rejettent la logique de profit s’appuient sur des citoyens épris de justice sociale qui souhaitent donner à tous une chance de se soigner. Elles ne remplacent pas les systèmes de santé public mais quand celui-ci n’existe pas ou est mis à mal par des politiques libérales, ces expériences ouvrent des pistes pertinentes en montrant qu’avec un peu d’engagement social, de mutualisation des moyens locaux, on peut redonner à la santé le statut qu’elle n’aurait jamais dû perdre de bien commun accessible à tous» (8).

Avancer vers une médecine plus humaine

L’objectif principal de ce nouveau monde en émergence est avant tout le bien-être et la qualité de vie, il passe donc par l’état de santé de l’ensemble de la population mondiale. C’est pourquoi celle-ci est un enjeu majeur pour la planète dans la construction de ce monde recentré sur des valeurs humaines et environnementales. Et c’est aussi pourquoi elle doit être considérée comme un indicateur primordial de bien-être au niveau mondial dans son acception la plus large c’est-à-dire dans sa dimension physique, mentale et sociale.

Cette nouvelle médecine tend à être de plus en plus préventive, personnalisée et collaborative ce à quoi commence à contribuer la révolution du numérique. L’approche se veut globale, plus humaine comme le manifeste l’ouverture au pluralisme culturel à travers des médecines complémentaires, alternatives. La santé tâche de reprendre son statut de bien commun accessible à tous grâce à des initiatives personnelles de solidarité de plus en plus présentes et sources de profonds changements.

Ces transformations lentes semblent préfigurer une nouvelle étape vers un nouveau paradigme médical recentré sur l’humain dans sa complexité.

Références

  • (1) www.euro.who.int/fr/media-centre/events/2015/04/ehp-mid-term-review/publications/improving-environment-and-health-in-europe-how-far-have-we-gotten
  • (2) Étude publiée le 2 septembre 2015.
  • http://corporateeurope.org/sites/default/files/20150904_bigpharma_web.pdf.
  • (3) Voir le rapport de Corinne Lepage, L’économie du nouveau monde, Rapport remis à Segolène Royal, Les acteurs du nouveau monde, 2015.
  • (4) MORIN Edgar et PISTOLETTO Michelangelo, Impliquons-nous, Actes Sud, 2015.
  • (5) LENOIR Frédéric, La guérison du monde, Fayard, 2012.
  • (6) L’un des précurseurs en France est le Docteur Christophe André de l’hopital Sainte-Anne à Paris.
  • (7) Rapport 2014 de l’organisation mondiale de la santé
  • http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/112816/1/WHO_HIS_HSI_14.1_fre.pdf
  • (8) MANIER Bénédicte, Un million de révolutions tranquilles : travail, argent, habitat, santé, environnement…Comment les citoyens changent le monde, Les liens qui libèrent, 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *